Les fiches techniques de 6enligne.net

Retour à l'accueil des fiches techniques
Envoyer une remarque à propos de cette fiche


Remplacement emetteur d'embrayage de E30
editRevue technique en Mécanique Essence crée par BernardM le 06 novembre 2005.
Véhicules concernés: E28 de motorisation Essence
Tags: embrayage, emetteur


Remplacement émetteur d

Outillage classique, cric hydraulique, chandelle, une seringue, un rouleau d’essuie-tout et une boite de talc. Sinon, des pansements Urgo, une bière, et beaucoup d’éclairage.

 

Pièces : un émetteur neuf, on s’en doute, haha que c’est drôle, mais aussi et c’est très important un raccord coudé neuf et une durite neuve, et 2 colliers. On verra sur les photos pourquoi.

 

Temps, environ 3 heures calmement pour la partie mécanique.

 

La légende est pour la photo au dessus.

On commence par enlever le capot de la colonne de direction, le panneau latéral gauche et le cache renfort de caisse.  

 

 


Un bordel incroyable de fils apparaît.

 

On en profite pour voir à la lampe de poche si de la rouille ne se cache pas sournoisement quelque part dans le fond ou le haut

 

Une fois la moquette dégagée à gauche, on la retrousse au maximum en la passant sous les pédales.

 

 


Attention c’est raide, et ça peut se déchirer.

 

 

C’est pas joli joli, tout mouillé par le lockeed bien corrosif. On éponge ce qu’on peut avec de l’essuie-tout et on barbouille de talc généreusement le reste. Il faut que ça tombe bien entre la moquette et la tôle jusqu’au plancher. Vu qu’il n’est pas possible sans enlever (et changer) la moquette complète, que la moquette comprend une épaisseur de mousse allant jusqu’à 10 cm, on neutralisera l’effet corrosif du lockeed au talc. (vérifié chimiquement). Noter la hauteur du renfort de caisse pour un cabriolet, c’est balaise.

Pareil pour le capot de la colonne sous le volant. Il est tout mouillé.

 

 


On badigeonne de talc.

 

 

Notez les renforts en gros plastic rouge sur les trous de fixation. Sur la plupart de ces voitures cette pièce part en morceaux et ne tient plus. Des bouts de plastics durs 3 mm, une cisaille et de la colle forte, et ça tiendra. Ça à été ma première intervention à l’achat de l’auto.

 

 


Bien, maintenant on passe aux choses sérieuses.

 

On voit la durit qui part au cylindre d’embrayage. On joue sur du velours, il n’y a aucune pression entre le bocal et le cylindre, même pas de collier, juste une alimentation par gravité. On ne voit pas le bout du cylindre par le haut, il est sous le marstervac bien caché.

 

Hop, on monte la voiture côté gauche, roues à droite, suffisamment haut, 25cm entre roue et sol.

 

 


On laisse le cric appliqué sans effort au cas où.

 

Comme on est jamais assez prudent on met une bille de chêne plaquée sous la traverse, juste au cas où dame chandelle voudrait se sauver. On va pas mal habiter sous la voiture, et on a qu’une peau

 

 


Donc précautions.

 

 


On assure également le capot.

 

 

Vérin ou pas vérin, je l’ai déjà pris sur le coin du nez une fois passée.

 

 


On entoure le bocal de papier pour éviter que ça goutte

 

 

On aspire le liquide avec une seringue jusqu’au fond, de manière à être en dessous du niveau de la durit. La voiture penche coté durit, donc aspirer côté durit aussi. Rincer la seringue immédiatement si vous voulez qu’elle resserve un jour, sinon le caoutchouc va être bouffé par le loockeed.

 

Là ,on va sous la voiture, juste au dessous du mastervac et du cardan de direction.

 

 


Le bout de la bête est là. Ça a pas l’air folichon à atteindre.

 

 

Une seule main peut passer, et juste avec une clef plate de 11. Débattement 15° maxi. J’espère que c’est pas serré à la brute, sinon il va falloir dévisser au niveau du flexible et sortir le cylindre avec sa tubulure par l’habitacle.

Mais non, miracle, 15° suffisent pour débloquer. On sort de dessous la toto et on s’assoie sur l’aile gauche, et en se contorsionnant le bras on arrive à dévisser la tubulure avec ses p’tits doigts par le haut. Ce serait bien plus accessible en enlevant le mastervac, mais bon….

 

 


Retour à l’intérieur pour enlever la bête. C’est libre dessous, il faut le libérer dedans.

 

 

Il y a 2 boulons latéraux, pénibles à atteindre, on est gêné par la tringlerie d’accélérateur.

 

 


Au dessus, le haut de la pédale est relié au haut du piston par un contre écrou 13-18.

 

 

Le cylindre est prêt à s’en aller.

 

 

 
On débranche la durit côté bocal, et on la bouche, ici avec un capuchon de stylo.

 

 

Et voilà, plus qu’à tirer doucement avec sa durit. Voilà le neuf et le vieux, avec son raccord coudé et sa durit. En fait les ennuis et la grosse erreur commencent.

 

Pas moyen d’enlever le raccord coudé !!!

 

 


Ce truc là rentre à force dans le caoutchouc du cylindre et l’écarte.

 

 

Le magasinier de chez Béhème m’avait bien dit « pas de consommables à prévoir », ben tiens t’as raison ouais ! Il me faudrait un raccord coudé neuf et une durit neuve pour que ce soit bien !

Bon, on est samedi tout est fermé. Je tente de prélever mon raccord. En tirant ça vient pas. Je découpe au cutter le support caoutchouc du cylindre, et j’arrive à l’avoir.

C’est là ma grosse erreur. Remettre du vieux sur du neuf. Le cylindre prêt à poser se présente comme l’ancien, avec raccord et durit.

 

 


L’émetteur et le récepteur, morts à 3 mois d’intervalle.

 

 

On met le neuf en place.

 

 


On cale la pédale d’embrayage en l’air pour avoir de l’espace.

 

 

On passe la durit dans le trou direction bocal, puis on remet les 2 écrous latéraux.

 

 


Non non, il y a bien 3 pédales.

 

 


Allez, on se remet dessous et on revisse.

 

 

C’est joyeux comme tout, et alors ce qu’on se cogne la tête.

 

 

On dirait que l’écrou du haut du piston a été maté d’usine, et il n’y a pas de rondelle.

 

 

Pas grave, je mets un coup de Loctite en revissant.

 

 


Et hop voilà, c’est en place.

 

 


On rebranche la durit avec un collier ce coup-ci.

 

 


On rabat la moquette, on remet les panneaux et on retalque en surface cette fois.

 

 

Le talc prend une vilaine couleur brune. Laisser agir, puis aspirer et recommencer.

 

Ensuite on arrive au pire……LA PURGE !!!!!

 

Bon, déjà faut être 2, et en phase.

En principe c’est pas marrant, c’est laborieux, mais on y arrive.

Sauf que là après ½ litre de liquide, il a bien fallu admettre qu’un truc allait pas.

Pas de fuite visible, donc ça veut tout simplement dire que j’ai une prise d’air. Et où ça, et bien au niveau de mon raccord extirpé de l’ancien montage.

Donc lundi direction BMW pour achat raccord coudé neuf, durit neuve, redémontage de tout….

Ça ira plus vite que la première fois…………….

 

 

 

6enligne décline toute responsabilité sur votre utilisation de ces fiches technique.
Toute reproduction même partielle du contenu des fiches technique sans l'accord préalable de 6enligne est strictement interdite.
©2012 6enligne.net
Ce site n'a aucun lien avec le groupe BMW - La marque et les logos BMW sont déposés et appartiennent au groupe BMW